Ancel, Labofacto, Celan

Exposition du 15 au 25 mars

Peintures objets

Ahmet GÜLGÖNEN

Exposition du 16 janvier au 3 février 2018
Du lundi au samedi de 13h à 19h30

Les abstractions exposées, les collages et les dessins sont inspirés par la Méditerranée
Par sa lumière dans les différentes profondeurs,
Par sa transparence et ses différentes couleurs,
Par sa surface comme un immense réflecteur tourné vers le ciel en perpétuel changement,
Par son fond, vestige de ses mémoires,
Par son constant mouvement et son agitation en harmonie avec le vent.
En même temps je suis concerné et inquiété
Par ses problèmes écologiques ‐ écologie naturelle et écologie humaine,
Par le déclin de son destin, mer unifiante qui devient séparatrice des civilisations qui la bordent,
Par la perte de ses mémoires partagées.
Dans les oeuvres présentées, le fond du Méditerrané est le contexte, créé par de vieux
cartons toilés mouillés qui reçoivent des lignes, des points et des figures ouverts aux
interprétations et à l’imagination. Les dessins à l’encre avec leurs lignes aux épaisseurs
diverses et aux continuités‐ discontinuités, tentent de capturer la lumière de cet espace
méditerranéen.
A.GÜLGÖNEN

Horizontal drawings or Context as place


La gamme des croquis architecturaux d’Ahmet Gülgönen s’étend des
images minimalistes et à forte tendance impressionniste -qui dénotent une
rapidité de perception et de transmission-, aux croquis minutieusement
composés.
Nombre de ses dessins sont effectués d’un seul trait, avec néanmoins des
coups de crayon très méthodiques et la présence de divers détails. C’est le
cas des vues d’Istanbul, de Venise, de Florence et de Saint-Pétersbourg. Il
ressort de ces croquis à l’encre un sentiment de tranquillité, de placidité et
de suspension. En effet, des bâtiments sans ombres y planent entre terre
et ciel - ou eau et ciel. Qu’il représente les Duomo et Baptistère de
Florence ou les arcades de la Place du Palais à Saint-Pétersbourg, Ahmet
Gülgönen dessine des lignes si délicates et éthérées que les édifices
semblent en apesanteur. La légèreté du trait, la finesse des lignes, ainsi que
les touches de plume en forme de virgules uniformément déposées sur le
papier donnent un aspect aérien à ces panoramas architecturaux et
urbains. Parfois, comme dans ses dessins des temples de Karnak, il ajoute
des ombres et des ornements, ce qui procure aux édifices davantage de
substance.
Dans la mesure où de telles esquisses prédominent dans les dessins
d’Ahmet Gülgönen ces quinze dernières années, l’on est tenté de penser
qu’elles reflètent l’état d’esprit de l’architecte, ainsi que sa notion de la
maturité et du contrôle, en cela qu’il sait, chaque fois, ce qui l’intéresse et
quels sont les outils appropriés.
S’agissant du style, ou de la « touche », d’Ahmet Gülgönen, les matériaux
et supports utilisés s’avèrent cruciaux pour comprendre ce que l’artiste a
observé et choisi de reproduire. Si la plume et l’encre semblent être ses
instruments de prédilection, le crayon et le pastel ont également été
souvent employés dans la réalisation de nombreux dessins. Comme
Ahmet Gülgönen l’explique lui-même, le trait varie selon le matériau
choisi. L’on observera la cohérence de sa touche depuis de longues années.


Brian Brace Taylor
Traduit de l’anglais par Ilse Vandingenen

Exposition Louis Merino

Exposition du 07 au 26 novembre 2017

 

LOUIS MERINO vit comme un magicien. Après avoir joué sur les planches les rôles les plus enviés du répertoire classique comme des pièces contemporaines  et avoir créé avec quelques camarades le mythique théâtre de l’Aquarium il décide depuis quelques années de jouer aussi avec son imagination nourrie de son don pour les couleurs.

Il installe chevalets, toiles de grand format, pinceaux, brosses et peintures dans un atelier  au septième étage d’un immeuble parisien. Il faut comprendre au septième ciel.

Tout l’inspire, la lumière de la ville comme celle de l’Aveyron  lieu de prédilection ou il se retrouve en famille. En peintre authentique, il ne se passe pas un jour sans qu’il empoigne son travail et dialogue avec  sa toile pour nous offrir des mouvements, des illuminations, des vagues, des tourments de terre brune, des  éclats de rouge et  de jaune et surtout du ciel, toujours du ciel dans les œuvres les plus mélancoliques. Un magicien vous dis-je.

Il exposera trois semaines à partir du 6 novembre a la galerie Gustave 36 rue Boissonnade dans le 14eme arrondissement de Paris.

 

Gisèle Blanchard-Tauzin

Dernier recueil «Emotions »postface de Lucien Clergue

Biographie

Elève de Tania BALACHOVA, Béatrix DUSSANE et à l’ Ecole Charles DULLIN.

En 1966, rencontre avec Jean Louis BENOIT à Pézenas avec qui il crée un spectacle de cabaret qu’ils joueront pendant 3 ans.

En 1969, création à Avignon d’un des 1ers spectacles Off  (la Pomme de Gelber)

En 197O, rencontre avec Jacques Nichet, à Normal Sup rue d’Ulm qui crée le Théâtre de  l’Aquarium à laquelle il participe avec  Didier Bezace et Jean louis Benoit

Après les Evasions de Monsieur Voisin et Marchands de Ville, la troupe s’installe à la Cartoucherie de Vincennes et créera de nombreux spectacles.

A partir de 1974, travaille avec de nombreux metteurs en scène : Daniel Benoin , Marcel Marechal, Guy Lauzin, Anne Marie Lazarini, Armand Gatti, André-Louis Perinetti, Richard Demarcy, Jean-Claude Fall, Bruno Boëglin, Guy Delamotte, Bruno Bayen, Jean-Pierre Vincent, Jean- Paul Wenzel, Stuart Seide , Claude Yersin, Charles Tordjman, Jean-louis Martinelli et Jacques Osinski. …..
 A de nombreuses reprises, il retrouve son ami Jean louis Benoit devenu un metteur en scène réputé.

Parallèlement, il joue au cinéma et à la télévision

En 1989, tournée au Nicaragua avec Bruno Boêglin et en 2001, répétition d’Oncle Vania au lac Baîkal en Sibérie sous la direction de Charles Tordjman.

 

En 2005, ses enfants Marie et Benoît lui offrent toiles, huiles et  pinceaux : il sera désormais acteur et peintre.

Jean louis Benoit lui ouvre les portes du Théâtre de la Criée pour sa 1ere exposition.

 

Il rencontre Claudia Amodeo qui le fait participer à de nombreuses expositions : Galerie Art à Marseille, 10éme salon d’art contemporain de Saint Tropez, à celui de Montpellier (6éme salon) .

 

Expositions personnelles :

au Sofitel de Marignane, à la Galerie Cré art à Cluny,(2006)

 à Marseille : à la Galerie Asakusa ( 2007) au Théâtre de la Criée  et à la Galerie Sahella  en 2008,

Dans l’Aveyron, à la Galerie des Ondes à Salles la Source en 2006, au Musée Terra Memoriae, à Bozouls en 2008 et à Conques, au Centre Culturel en 2009.

A Paris, en 2009, exposition Au Vieux Paris D’Arcole.

En mars 2011, nouvelle exposition à Marseille au Théâtre de la Criée.

Dans l’Aveyron, à la Galerie des Ondes à Salles la Source en 2014.

A Clairvaux en Aveyron, exposition à l’espace Laurens en 2015.

Sabine Tesson

Exposition du 07 au 26 novembre 2017
Sabine Tesson

Sculpteur et Art-thérapeute

  

J’ai expérimenté divers matériaux : pierre, plâtre, bois, pâte à papier…

 

Chacun d’eux me met en contact avec des ressentis propres. Au fil du temps une trame subtile se construit pour orienter mon regard vers plus de dépouillement et de dynamisme dans l’appropriation de l’espace.

 

Cette période de terre-papier, motivée par un besoin de légèreté et de simplicité a été inspiré de croquis pris sur le vif, de danseurs au travail.

Quel étrange contraste entre la spontanéité de l’esquisse et le lent modelage de la texture papier!

 

Cette phase annonce le passage vers une abstraction plus radicale, comme cet assemblage composé de plâtre et sable.

 

 

136 quai Louis Blériot

75016 Paris

06 74 27 66 25

1/1

Please reload

Atelier Gustave - 36 Rue Boissonade - 75014 Paris - Tél. 01.45.38.94.11  Mobile. 06.81.61.26.09 - email. contact@ateliergustave.org

Atelier Gustave - Copyright 2018